Vaches mères et femme au pouvoir en Thurgovie

Vaches mères et femme au pouvoir en Thurgovie

Je me réveille sous un ciel pourpre. Le soleil apparaît dans un ciel sans nuages et offre une vue sur les majestueux paysages montagneux. Je rencontre Susanna de la ferme Trotten-Hof pour un café matinal avec un biscuit de Pâques qu’elle a préparé elle-même.

Mais avant de nous asseoir, nous devons rapidement aller à l’écurie pour voir si Lucy a mis bas. Ces jours-ci, elle attend un veau. Un autre petit tète sa mère, affamé.
Et tant qu’à être dans l’étable, autant donner à manger aux autres animaux. Susanna s’occupe de neuf vaches mères et de leurs veaux. Mais ce n’est pas tout. Depuis le décès soudain de son mari il y a deux ans, Susanna s’occupe seule de la ferme. Outre les vaches, cela comprend divers champs de céréales et de maïs, différents arbres fruitiers et les 78 hectares de vignes. Elle raconte comment, du jour au lendemain, tout a changé et comment elle s’est retrouvée seule responsable. Elle a dû faire preuve de beaucoup d’énergie pour mener à bien cette tâche. Celle-ci comprend la gestion de la culture, de l’exploitation et de la récolte des champs ainsi que l’élevage de vaches allaitantes, mais aussi le magasin et le kiosque. Ensuite, les produits sont également transformés. Cuire, mettre en conserve des confitures, emballer et vendre.

Je me demande où cette femme trouve toute cette énergie et tout ce temps. « Dévouement, passion et cœur à l’ouvrage en mémoire de mon mari », telle est sa réponse. Même si ce destin a été tragique, elle est reconnaissante d’avoir pu apprendre de nouvelles choses, de se redécouvrir et d’acquérir une expérience qui a enrichi sa vie.

Une nouvelle naissance

Susanna s’inquiète de l’avenir. Elle a à cœur de préserver la ferme et d’offrir aux gens qui passent par là le meilleur du meilleur au juste prix. Un coup d’œil sur le tableau des prix me permet de constater que les prix sont comparables à ceux des supermarchés, mais avec une meilleure qualité et une culture locale et naturelle.

C’est ainsi qu’elle m’explique la différence dans son élevage de vaches. Les veaux restent avec leur mère, qui les nourrit également avec du lait de vache et les élève au sein du troupeau. « C’est la procédure la plus naturelle ». Toutes les vaches ont un nom et elle sait ce qu’elles aiment et ce qui leur fait du bien. Elle a une bonne intuition, non seulement en ce qui concerne les animaux, mais aussi pour les gens et pour elle-même. Le travail lui apporte beaucoup et « son cœur se rempli de joie » lorsqu’elle se promène à pied ou à vélo à travers les champs ou les vignobles. Lorsqu’elle prononce le mot vélo, Susanna s’enthousiasme pour les randonnées à vélo, courtes ou longues, qu’elle fait de temps en temps, lorsque le temps le permet. (Je me demande si la semaine de Susanna a huit jours ?!) Ses yeux s’illuminent lorsque je lui parle de l’île volcanique de Lanzarote, où d’interminables pistes cyclables traversent des paysages volcaniques et où le vin est cultivé d’une manière très particulière sur un sol minéral.

On dirait qu’un feu d’artifice d’idées se déclenche dans sa tête et elle me dit qu’elle aime aussi bricoler des objets de décoration de temps en temps. Par exemple, des distributeurs de sucre fabriqués à partir de vieux bocaux de conservation ou des bocaux de conservation avec de jolis boutons colorés. Elle les propose également dans sa boutique, tout comme les belles couronnes séchées et décorées qu’elle réalise avec une amie.

Dégustations de vins sélectionnés

Actuellement, elle travaille sur de nouveaux projets, car elle ne manque pas d’idées. Elle aimerait louer certains de ses champs pour pouvoir ensuite faire plus de pâtisseries et proposer plus de dégustations de vin. Les vins sont élaborés à partir de cépages particuliers. Le pinot noir et une petite part de dornfelder donnent naissance à une belle cuvée. Le cépage cabernet-jura donne un rosé frais et fruité. Je peux enfin poser ma question : « Comment un rosé obtient-il sa couleur ? S’agit-il d’un cépage à part entière ? » Mais Susanna m’explique que dans le rouge, le moût reste plus longtemps dans son propre jus, ce qui permet entre autres d’extraire plus de couleur de la peau que dans le rosé. (Note de l’auteur : le moût est le mélange de la pulpe de raisin, des pépins de raisin, de la peau et du jus de raisin).

Ainsi, les 78 ares de vignes produisent au total environ 6000 à 7000 litres de vin, dont du Souvignier Gris blanc et du Wyssherbscht. Mais aujourd’hui, il est encore trop tôt pour une dégustation, nous sommes encore en train de prendre notre petit-déjeuner.

Nous sommes donc assis au soleil du matin sur la petite terrasse du magasin de la ferme (le Lädeli en suisse-allemand), qui fait également office de kiosque. Les randonneurs, les cyclistes et les autres visiteurs de passage peuvent y déguster des vins pendant la journée, du lundi au dimanche, des produits fumés, de la saucisse et du pain sur une planchette, tout en laissant leur regard se perdre sur l’étendue infinie. Le dip à la poire et à la moutarde fait maison accompagne parfaitement ce plat.

Les premiers visiteurs viennent chercher le Wyssherbscht commandé et les animaux doivent également sortir dans le pré. Je l’accompagne un peu et longe les champs jusqu’à la colline, où se trouve un superbe point de vue. Un panneau indique diverses montagnes que l’on peut voir d’ici par beau temps. Une construction spéciale indique exactement le sommet lorsqu’on regarde à travers et le panneau indique l’altitude correspondante. Aujourd’hui, je découvre le Säntis et je peux voir jusqu’à l’Eiger, le Mönch et la Jungfrau. Cette image semble presque surréaliste, des chaînes de montagnes aux cimes enneigées encadrant le vert intense des prairies.
Entre-temps, les oiseaux se sont également réveillés et gazouillent joyeusement, brisant le silence matinal. La nuit, le silence était total, on n’entendait même pas le renard et le lièvre se dire bonne nuit. Un tel silence est très rare. Je vais donc en profiter encore un peu, sous le soleil printanier, sur le petit banc sous le vieux chêne, avec vue sur ce paysage à couper le souffle et sur ce magnifique emplacement.

Comme tous les agriculteurs et agricultrices que j’ai rencontrés jusqu’à présent, elle se réjouit de voir davantage de personnes s’intéresser au sujet et aux avantages de l’agriculture locale et d’en profiter – pour l’environnement, mais aussi tout particulièrement pour sa santé.

Plus d'articles